Voici Tellus et Tellumo, Caeres et Cerus, Pomona et Pomo, Liber Pater et Nubile

A l’age protohistorique incessamment meme la fondation de Rome, alors que sur le territoire du Latium il n’y avait que des tribus, sur le territoire des collines, on croyait a l’intervention dans la exaltation quotidienne de forces surnaturelles typiquement magiques-paiennes. Ces forces, cependant, n’etaient pas personnifiees dans des divinites frumentone encore indistinctes et seulement avec le renforcement des contacts avec d’autres populations, y compris les Les Grecs (dans le’VIIIe siecle av. puis dans IV-IIIe siecle av.), je Sabines elles ou ils Etrusques, ces forces commenceront a etre personnifiees dans des objets et, seulement dans la Republique avancee, dans des sujets anthropomorphes. Jusque-la, ils etaient consideres comme des forces appelees numen ou au pluriel numina, nombreux et chacun ayant sa tache dans la exaltation de tous les jours.

Age archaique

La phase archaique etait caracterisee par une tradition religieuse liee expeditivement tout au milieu rural, typique des cultes indigenes mediterraneens, sur lequel s’inserait le noyau nativo indo-europeenne. Pour la tradition romaine, c’est du a Numa Pompilius, le deuxieme roi de Rome, l’arrangement et l’inscription des normes religieuses dans indivis seul corps de lois ecrites, le Commentaire, ce ora aurait conduit a la definition de huit ordres religieux : i Curieux, je Flamini, je Celeres, les Vestales, les Voeux, je je suis monte, je Feials et moi Papes .

Les dieux principaux et les plus anciens veneres a l’epoque archaique, les soi-disant “terna archaique”, ils etaient Jupiter (Jupiter), Mars (Mars) Et Quirino (Quirinus), celui que Georges Dumezil definit a la place « terzetto indo-europeenne » . Juste excretion Jupiter Feretrius (parrain des serments) le sanctuaire de la ville de la plus ancienne consecration oriente http://datingranking.net/it/taimi-review dedie : selon Tito Livio ca avait ete juste Romulus pour le fonder sur la colline du Palatin , ainsi que fut responsable de la affairement du culte de Stator de Jupiter (ce ora empeche le vol de nell’eventualita che battre) .

Parmi les divinites masculines, on trouve Liber Pater, Faune, Janus (Ianus) , Saturne, Alberato, Robigus, Consus (le dieu du silo dans lesquelles le ble est enferme), Neptune (a l’origine dieu des eaux douces, seulement apres le dieu hellenisant de la mer ), Fons (dieu des sources et des puits ), Volcan (Volcan, dieu du feu devastateur ).

Dans cette phase primitive de la religion romaine, on retrouve la veneration de nombreuses divinites feminines : Junon (Iuno) sous des aspects differents et specifiques (Iuno Pronuba, Iuno Lucina, Iuno Caprotina, Iuno Moneta) , Bellone, Dites-nous Et Ceres (Ceres), Flore, Opi (l’abondance personnifiee), Pale (deesse des troupeaux), Vesta , Anna Perenna, Diana Nemorensis (Diane dei boscaglia, deesse italique, introduite selon la tradition par Servius Tullius comme une deesse lunaire ), Fortune (apporte a la ville par Servio Tullio, avec divers cultes par pomoerium), les Deesse Dia (la deesse “lumineuse” du ciel clair ), la deesse Agenoria (la deesse representant le soft).

Frequents sont les couples de divinites lies a la fertilite car celle-ci etait consideree comme double par nature : sinon dans la nature il y per male et femelle il doit y avoir aussi male et femelle pour chaque aspect de la fertilite divine. Dans ces couples, le second terme reste toujours une figure secondaire, mineure, une vie artificielle due aux pretres theologiens plutot qu’a une veritable devotion. .

La periode des origines oriente egalement caracterisee par la presence de numina, divinites indeterminees, comme i Lari et moi Penates.

Age republicain

L’absence d’un « pantheon » defini a favorise l’absorption des divinites etrusques, telles que Venus (Touran), et surtout grec. En raison de la percepibile capacite de tolerance et d’assimilation, typique de la religion romaine, certains dieux romains ont ete assimiles aux dieux grecs, acquerant leur apparence, leur personnalite et leurs traits distinctifs, comme dans le cas de Junon assimile a Etait; d’autres divinites, en revanche, ont ete importees de toutes pieces, comme dans le cas des DioscuresLe controle de l’Etat sur la religion, en effet, n’interdisait pas l’introduction de cultes etrangers, il tendait plutot a la favoriser, a condition que ceux-ci ne constituent pas excretion danger accommodant et politique. IIe siecle av. par exemple, je bacchanales avec Senatus consultum de Bacchanalibus de 186 brusquement JC car lors de ces rites les adeptes pratiquaient des violences sexuelles mutuelles (y compris la sodomie), notamment sur les neophytes, et cela etait en contraste avec les lois romaines qui empechaient de tels actes entre citoyens, tout en les autorisant envers les esclaves, tandis que le culte dionysiaque a ete reprime par la force.